Ma grand mère...

Publié le par Marine

 

C’est un article un peu particulier aujourd’hui, un article écrit juste pour me faire du bien, juste pour que je me souvienne, alors vous n’êtes pas obligé de le lire (comme tous les autres d’ailleurs…)

Comment vous raconter ma grand-mère… Ma grand-mère était de celles qui correspondent parfaitement aux publicités, celle que chaque enfant rêve d’avoir, celle que chaque maman souhaite devenir un jour.

Ma grand-mère s’endormait devant le plus grand cabaret du monde ou le cirque le soir, elle se réveillait tous les matins à 4h pour cuisine, et comme toutes les grands-mères elle s’endormait aussi devant les feux de l’amour à midi.

Ma grand-mère a vécu en Algérie jusqu’à la guerre, là où mon père est né, elle a vécu dans le partage et la bonne nourriture. Elle était de ces mamies qui cuisinait un plat pour 15 alors que nous n’étions que 2, qui insistait lourdement (même très lourdement) pour qu’on en reprenne 2 voir 3 fois (quoi ? Tu n’en veux pas, tu n’aimes pas ? Reprends en alors). Elle nous redonnait le surplus du repas dans un tup et ne se mangeait qu’un yaourt le soir seule. Elle faisait les gâteaux comme personne, de même pour le couscous, la paëla, les Migas, et j’en passe. Nous pouvions l’appeler à n’importe quelle heure elle nous faisait notre repas préféré.

Elle se pliait en quatre pour nous, ses petits-enfants, elle nous aimait vraiment beaucoup, elle respectait vraiment les enfants et j’ai encore des leçons à tirer d’elle et de ses idées d’éducation.

Ma grand-mère était la générosité même, quand j’allais chez elle après le collège, un vrai cacao maison m’attendait, des petits gâteaux secs maison avec (et des sucettes). A chaque vacances nous avions un petit billet pour les glaces, très souvent, elle nous glissait une pièce dans la poche, elle avait toujours des sucettes Arlequin au caramel dans son buffet (mais elles n’étaient pas que pour nous si vous voyez ce que je veux dire…) C’est une femme qui respirait le bonheur, la générosité, l’amour, et je pèse mes mots, elle pouvait passer 4h au marché le matin (un tout petit marché) parce qu’elle s’arrêtait à toutes les « charettes ».

Elle pouvait me parler des heures et des heures de l’Algérie, de sa maison qu’elle a dû abandonner pendant la guerre, de sa maman qui lui a sauvé la vie petite, de la vie merveilleuse qu’ils avaient là-bas, elle radotait beaucoup mais c’était drôle, j’essayais parfois de cacher mes bâillements car après une journée de cours c’était dur de rester attentive…

Un jour elle se retrouva seule, dans un terrible accident, mon grand-père (tout aussi merveilleux) s’est allé, je ne l’ai jamais vu pleurer, je ne l’ai jamais vu se plaindre de quoi que ce soit, je ne l’ai jamais entendu dire qu’elle était fatiguée ou malheureuse. Elle se brûlait régulièrement avec son fer à repasser ou son four, elle ne se soignait jamais…

Puis une chute, la maladie, elle nous avait fait jurer de ne jamais lui laisser perdre la tête… Elle était toujours là, son corps était là, mais ses souvenirs, sa mémoire enfouis au plus profond, tellement, qu’elle ne nous reconnaissait plus…

Ces derniers temps elle allait mal, très mal, j’ai repensé à tous mes souvenirs, j’ai repensé à elle, à cette femme à qui aujourd’hui je rêve de ressembler, à cette grand-mère qui m’accompagnait à chaque fête des écoles, à chaque compétition de gym, qui était TOUJOURS là quand j’en avais besoin (même le dimanche matin alors qu’il y avait la messe)

Sauf que j’étais trop jeune, trop égocentrique pour le voir et encore plus pour lui dire.

Aujourd’hui je regrette, je regrette d’avoir oublié la moitié de ses histoires en Algérie, je regrette de ne pas lui avoir posé plus de question, je regrette de ne pas l’avoir plus pris dans mes bras, je regrette de ne pas avoir pris soin d’elle autant qu’elle a pris soin de moi, de ne pas lui avoir fait gouter ma cuisine, de ne pas l’avoir remercié, de ne pas lui avoir dit que je l’aimais, de n’être pas allé la voir plus souvent.

Je regrette de me rendre compte de tout cela aujourd’hui, je regrette parce qu’il est trop tard.

Hier, ma petite grand-mère a fini de souffrir, elle a rejoint ses parents, son mari et surtout le plus extraordinaire des petits garçons qu’elle a eu la chance de connaitre vivant. Maintenant je peux être tranquille, je sais que Tom est vraiment entre de bonnes mains et qu’il fera avec elle tout ce que je n’ai pas assez fait…

Même à ces derniers moments elle est restée fidèle à elle même, elle a voulu préparer sa famille à son départ, cela faisait 3 semaines que nous nous y attendions un peu, elle à voulu partir seule sans personne autour. Et puis, elle à permis à son fils d'être à peine moins triste car c'était la semaine qu'il passait avec ses petits fils...

Pourtant, j’aurais toujours une pensée vers elle quand je verrais de l’anisette, quand je mangerais des pois chiches torréfiés à l’apéro, quand j’entendrais le roucoulement des pigeons au petit matin, quand je verrais une vieille casserole à café (qu’il ne faut jamais nettoyer) quand j’entendrais les tic tac d’un coucou, quand j’entendrais Madame Sarfati, quand je mangerais et cuisinerais de la paëla, des Mokrout ou du couscous, quand je verrais une nappe en plastique ou des serviettes à carreaux en tissus, quand je mangerais de la viande de chez le Turc ou un poulet tout cuit, ou bien quand je raconterais des histoires de fantômes à mes Twins… J’aurais toujours dans ma tête cette odeur particulière qu’elle avait…

J’espère que d’où elle est, elle me pardonne…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publié dans Et nous alors!

Commenter cet article

Mélanie 23/07/2014 22:32

Un bien bel hommage que tu lui offres ici...
D'où elle est, je suis certaine qu'elle est très fière de toi...

Claire 22/07/2014 11:27

Merci marine, c'est très beau.... C'est étrange, nous n'avons pas les mêmes souvenirs d'elle, mais en même temps c'est tellement elle que je vois à travers tes mots...

Nini-et-les-Twix 21/07/2014 20:05

Piouuu ben voila, j'ai les larmes aux yeux...
Bravo pour ce très bel article.

twinsavenue 21/07/2014 22:05

Merci beaucoup pour ce très beau compliment et désolé pour les larmes...